samedi 31 janvier 2015

Pascal Bérubé ou les idées fantômes

«Le congé Pascal», chronique no 3


«Pascal Bérubé prépare un texte avec de nouvelles idées pour relancer le Parti québécois.»
Un an plus tard: toujours RIEN!
Les fameuses idées de mon député relèvent-elles au fond d'une mythomanie à la François Bugingo?
Photo: La Pravda.ca
Avant la députée «fantôme» Sana Hassainia (cliquez ici), on eut droit au texte fantôme. La journaliste Brigitte Dubé rapportait dans La Voix de la Matanie du mercredi 16 juillet 2014 à la page 3 que «le député [Pascal Bérubé] prépare un texte avec de nouvelles idées pour relancer le Parti québécois, fragilisé depuis les dernières élections». L'hebdomadaire matanais eut le temps de disparaître avant que la belle promesse ne se concrétise.

Celles et ceux à la barre du navire amiral de la souveraineté doivent oeuvrer à sa refondation. Pascal Bérubé annonçait avoir des «idées nouvelles» il y a un an. Quelles sont-elles? Si elles n'existent pas, c'est de la comédie. Point barre!

Si vous le voulez bien, revenons à l'été 2011, c'est-à-dire à la suite de la défection de cinq députés péquistes. Nos quotidiens nationaux annonçaient déjà:

«La thérapie de groupe au sein du Parti québécois est loin d'être terminée. C'est au tour du député de Matane, Pascal Bérubé, d'y aller de sa contribution en vue d'éviter l'implosion du parti souverainiste. [...] Il ajoutera donc ses propres idées à celles qui lui seront soumises. (Le Devoir, 30 juillet, cliquez ici

«''C'est un exercice sans précédent, ambitieux'', dit [Bérubé] enthousiaste. (La Presse.ca, 29 juillet)»

«Il envisage un point de presse dès le 19 septembre [2011] pour révéler les trouvailles de sa propre consultation ''sans tabou'' sur l'ensemble de la classe politique. (Le Soleil, 30 juillet)»

«Sur Twitter, le député Yves-François Blanchet a écrit au sujet de l'initiative de son collègue Pascal Bérubé: ''C'est une nouvelle, ça? Moi, je le savais. Il y en a 45 autres comme ça [le caucus péquiste avait alors 46 députés]... (La Presse.ca, 29 juillet)»

«L'intérêt des médias pour les observations de chacun risque toutefois de décroître assez rapidement après le partage des premières constatations. Surtout si elles sont répétitives. (Le Soleil, 30 juillet)»

«Le député de Matane n'a pa[r] ailleurs aucune intention de quitter le PQ ou de critiquer sa chef, Pauline Marois. (Ibid.)»

Ma question: Combien de temps encore les souverainistes vont continuer à tourner en rond avec ce jeune-vieux politicien carriériste? Veuillez remarquer que cet opportuniste eut tôt fait de se placer dans l'ombre de Pierre Karl Péladeau. Pascal Bérubé incarne à souhait «l'ère du vide», la société du spectacle. Je vous invite, une fois pour toutes, à y prendre garde!

Chronique parue sur le site Internet du journal L'Avantage de Rimouski le 13 mars 2015.

*
* *

Le troublant aveu d'un proche

Un «ami» de Pascal Bérubé, Claude Villeneuve, écrit le 3 mai 2016 sur son blogue du Journal de Montréal: «[Après dix ans passés sur les banquettes de l'Assemblée nationale,] on peine par contre un peu à imaginer là où il se situerait sur le plan des idées. A-t-il de la profondeur?»


Claude Villeneuve s'interroge encore sur la «profondeur» de son ami politicien, Pascal Bérubé.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire